Antisocial

Bienvenue dans la nouvelle bureaucratie.

Une partie de nos vies est régie par des réseaux sociaux qui nous incitent à produire, poster et partager dans la joie, la bonne humeur et la convivialité des tonnes de contenus, au nom de cette nouvelle forme de socialisation faite d’un soupçon de convictions et d’une bonne louche de vanité.

Mais plus l’empreinte de ces mastodontes est grande, et plus leurs chefs sont invisibles. Zuckerberg, Dorsey et autres (tu connais le nom du boss d’Instagram toi ?) sont à l’image des monstres qu’ils ont créé : des machins devenus presque incontrôlables dirigés par des génies ascétiques légèrement mormons, biberonnés au lait de soja et au jus de carotte bio, qui semblent avoir peur de leur propre ombre.

Tu as un souci avec ton compte Facebook, Twitter ou autre, et tu voudrais juste leur en parler ? Bon courage pour trouver un interlocuteur, a fortiori humain. Comme si ces plateformes, fondées sur la promotion du lien social - et qui ont pourtant des représentations locales - étaient dirigées par des antisociaux jamais sortis de leur Silicon Valley natale. En tout cas le SAV et le contact humain ne font pas partie de leur mode de fonctionnement. Ils n’en ont pas besoin, ils refusent du monde, et de ce fait le rapport de force n’est pas en faveur de l’utilisateur.

Du coup, les GAFA, qui représentent pourtant pour beaucoup la parfaite illustration de l’ultralibéralisme à l’anglo-saxonne, ont finalement réinventé dans un parfait accord tout ce que nous détestons dans l’administration et son rapport à l’usager : la bureaucratie et des process kafkaïens. Tous ceux qui se battent pour faire rétablir un compte Twitter abusivement suspendu savent de quoi je parle.

Nous sommes les usagers des réseaux sociaux. Pas leurs clients. Enfonce-toi bien ça dans la tête frérot.

La seule différence avec l’administration ? Eux gagnent de l’argent.


Télégrammes

On continue à s’activer dans le monde des outils pour télétravailleurs. D’un côté PowerPoint Live fluidifie le processus de présentation en visio, de l’autre Microsoft Teams vise le grand public.

Et veut qu’on se parle comme si on était dans la même pièce (déjà vu chez Zoom dans un précédent Citronium).

Alors que chez Google on s’affaire avec Smart Canvas et avec le projet Starline. Je te le dis, le temps où l’on pourra reproduire en visio tous les usages de la vraie vie n’est plus très loin. Reste à améliorer la réalité virtuelle et les hologrammes et on y sera.

Mais bon il n’y a pas que le virtuel chez Google, la preuve avec ce magasin tout ce qu’il y a de plus brique et mortier à New York City.

Côté audio, Spotify est toujours au taquet dans l’innovation et le déploiement de nouveaux services, comme cette transcription automatique des podcasts.

Snapchat quant à lui fait un pas de plus dans la réalité augmentée avec sa nouvelle paire de lunettes moches.

Sinon tu peux de nouveau demander la certification de ton compte Twitter pour te la jouer VIP.

Twitter qui tente d’ailleurs de réparer ses algorithmes apparemment pas très au point.

Au fait, est-ce que tu es prêt à payer 3 euros par mois pour une version premium de l’oiseau bleu ? J’hésite entre ça et YouPorn Premium en fait.

Allons bon, les apps de dating poussent au vaccining, mais est-ce bien leur rôle ?

J’ai comme l’impression que Taxi 6 ou 7 va se tourner dans les airs. Vivement.

Et que son scénario va peut-être s’écrire sans les mains ? C’est fou !

Après Apple, Google s’occupe à son tour d’ouvrir ta voiture avec ton smartphone Android. Pour avoir cette fonction en natif sur ma voiture je peux confirmer qu’on s’y habitue très vite, à tel point que quand j’essaie d’autres autos, soit je ne retrouve plus la clé soit je l’oublie, soit j’oublie systématiquement de les verrouiller en sortant.

Retour vers le futur, ou quand Google redécouvre les charmes des flux RSS.

RIP petit navigateur parti trop tôt.

On s’en fout on sait combien il y a d’oiseaux sur la planète. Imagine ils montent une coalition pour nous attaquer. On n’en parle pas assez je trouve.


À la petite semaine

Payés à ne rien foutre, littéralement

Andy Warhol avait initié l’expérience en 1964 avec son film “Sleep” montrant pendant des heures son amant dans son sommeil. 55 ans plus tard, des vloggeurs coréens reprennent le flambeau, probablement sans le savoir, et se filment de longues heures en train de dormir sur Twitch, quitte à faire payer pour écrire un message à la demande sur leur ventre ou pour se faire réveiller. On avait déjà les étudiants se filmant en train de travailler leurs cours, toujours en provenance de Corée du Sud. En matière de WTF ils ne sont pas les derniers, hein.

Quand les hackers se plateformisent

La cybercriminalité n’est plus seulement le fait de hackers (ou pirates, ou comme tu veux) isolés qui œuvrent la nuit dans leur chambre entre restes de pizzas et bordel organisé. La dernière tendance, le ransomware, est en train de s’agréger autour d’organisations qui vendent leur expertise criminelle comme des briques de services dans lesquelles les cyber-malfaiteurs se servent à la demande selon leurs besoins. Cela serait presque drôle si ce n’était pas si grave.

He is the world

Je t’ai déjà parlé de Damien Robitaille, cet incroyable artiste Youtubeur canadien qui reprend façon homme-orchestre tous les meilleurs standards de l’histoire de la pop avec juste sa bite et son piano (pardon). Je ne pouvais pas laisser passer sa dernière performance sans t’en parler. Vraiment, prends 10 minutes de ton temps pour te poser et regarder ce qu’il a fait pour sa 200ème, c’est juste dingue, tant du point de vue vocal que pour tout le reste. Je ne t’en dis pas plus, je suis encore sous le choc.

Internet sans internet

Cette vidéo est une pièce d’anthologie qui te fera réaliser le chemin parcouru, et peut-être apprendre que l’e-mail existait déjà en 1984. Mais le plus étonnant est certainement ce modem venu d’un autre monde qui fonctionne grâce au signal audio de la ligne téléphonique analogique. Tout est épique dans cette vidéo, même la coupe de cheveux du valeureux présentateur.

La reine Margaux

La télévision interactive est un vieux serpent de mer, qui existe en gros depuis l’émergence du télé-achat, puis de l’arrivée de la “télé augmentée” avec les commentaires en direct sur Twitter. Et bien sûr, comme souvent, la vraie innovation est venue de là où on ne l’attendait pas, non pas par un service totalement disruptif mais via une plateforme qui centralise plusieurs usages. Ainsi est né Twitch, attirant comme un trou noir tous les médias, pour le meilleur et pour le pire (parfois dans la même session). Margaux de Frouville de BFM y a gagné une nouvelle notoriété, et fait preuve d’un sang-froid en béton armé. La patronne c’est elle.

Au-delà du deuil

Sujet d’une infinie tristesse ou porteur d’espoir, selon les personnes. Mais un sujet délicat, quoi qu’il en soit, celui de la possibilité de “retrouver” un proche décédé grâce à la réalité virtuelle et l’intelligence artificielle. Est-ce que cette expérience peut aider à faire son deuil, ou doit-elle intervenir après que le deuil soit fait ? J’ai mon idée sur la question, mais au-delà de l’expérience ponctuelle, la technologie nous donnera peut-être à l’avenir la possibilité de vivre avec nos défunts de façon permanente, ou récurrente, à la demande. Souhaitable ou abominable ?

Société d’assistés

Le boom du vélo électrique (pardon, VAE, pour vélo à assistance électrique) qui a démarré il y a quelques années, vient de subir un coup d’accélérateur phénoménal depuis la pandémie, à tel point que ce type d’engin fait partie de ceux qui subissent d’énormes délais de livraison, jusqu’à 6 mois. Mais, si pédaler avec ses muscles est censé être bon pour la planète, le faire avec assistance électrique est beaucoup moins vertueux. Après, ce que l’article ne dit pas, c’est que le VAE remplace souvent les trajets urbains en voiture (c’est mon cas depuis 5 ans), et là c’est tout bénéfice pour la planète, normalement.

De zéro à 50 millions très vite

Comment devenir un phénomène sur TikTok et sur les autres réseaux sociaux ? Il suffit d’un petit confinement un peu dur à l’italienne, de perdre son emploi et de faire des vidéos rigolotes sur les internets mondiaux. Et de s’appeler Khaby Lame. Le jeune italien a créé son compte pendant le premier confinement et s’est mis à publier des vidéos parodiant les fameux “life hacks” qu’on trouve ici et là sur YouTube ou TikTok, et dont certains sont, il est vrai, particulièrement stupides. Hop, jackpot, le gars a plus de followers sur Insta que Zuck himself. Tu sais ce qu’il te reste à faire.

Share Citronium


La bonne adresse

Ceux qui font de la veille sur les réseaux sociaux ont l’habitude d’utiliser la fonctionnalité de sauvegarder pour lire plus tard proposée par la plupart d’entre eux. Sur Twitter, notamment, je suis un utilisateur intensif (plusieurs fois par jour) de “Ajouter le tweet aux signets”. Simple, efficace. Mais il existe un autre moyen de se mettre une info de côté sans surcharger ses signets, ou pour un usage un peu différent, c’est de programmer le rappel d’un tweet dans le futur. Cette fonctionnalité n’est pas proposée nativement par Twitter mais par un service tiers nommé “Remind me of this tweet”. Pour l’activer, il suffit de mentionner le compte @RemindMe_OfThis dans les commentaires de n’importe quel tweet dont tu veux recevoir un rappel en indiquant quand ('in 4 days', 'in a year', 'next month', 'tomorrow night'… ) est c’est fait. Au moment choisi tu reçois une notification avec le tweet en question. Inconvénient, ce n’est pas très discret puisque tout le monde peut voir que tu as programmé un rappel, ce qui peut dans certains cas être gênant.


C'EST DÉJÀ FINI ? C’EST DÉJÀ FINI. À la semaine prochaine !